wpf41bb90b.png

Lourdes et vallées des Gaves : Lourdes,Cauterets, Gavarnie, Barèges, Argelès-Gazost…

Revenir à la page "Plaques commémoratives".

Les plaques commémoratives

Hautes-Pyrénées - 2ème guerre mondiale 1939-1945

Lourdes (av. de la gare) - Reddition des troupes allemandes devant Honoré Auzon (1898-1980).

Qui était Honoré Auzon ?.

Luz-Saint-Sauveur (Pont Napoléon).

Argelès-Gazost, à l’entrée de la ville en venant de Lourdes, sur l’avenue des Pyrénées.

Argelès-Gazost, parc des Thermes et du Casino. En savoir plus.

Le Malinat (2200 mètres d’altitude), Croix du forgeron Yougoslave au sommet du Soum le Malinat au-dessus des mines de Penarroya. : « Souvenir de son exode 1940 depuis Paris. Un Yougoslave travailleur forgeron - Mines de Pennarroya H-Ps - Vracar ». Merci à Jacques Nicolau pour cet envoi.


Lourdes, à l’entrée du cimetière, rue de Langelle.

Revenir à la page "Plaques commémoratives".

Entre Gèdre et Gavarnie (embranchement de Héas) - Forces Françaises Libres et Evadés de France.

François Pujo nous en apprend beaucoup plus sur ces deux plaques des évadés de France : « Je vous signale l'itinéraire emprunté par les candidats à l'évasion vers l'Espagne de 1942 à 1944 vallée de Luz Saint Sauveur. Les sources de ce travail sont deux livres: Montagnes de la peur et de l'espérance d'Emilienne EYCHENNE et Histoire extraordinaire de la résistance française de Dominique LORMIER et le témoignage direct des enfants des passeurs de la vallée de Luz. Avertissement: on ne peut pas dire exactement où ils passaient, les parcours étaient adaptés en fonction des patrouilles Allemandes. Les évadés ne prenaient parfois que les étapes terminales de ces chemins s'ils avaient la chance d'être convoyés jusqu'à Luz ou Barèges ou Gavarnie.


Premier parcours : Rendez-vous à Boo Silhen (Lormier écrit BOSILEN) puis Viscos, Sazos Agnouéde Moura Sia Trimbareille (éra hourco). Là deux choix, soit Cestréde, Aspé puis Ossoue (par le prat coumunaù à côté du Soum blanc) et enfin lac de la Bernatoire et l'Espagne. Henri MARTIN candidat à l'évasion est mort au « prat coummunaù ». Ils pouvaient également passer depuis « la hourco » par Gèdre, Sauguè, Gavarnie, Boucharo. Ou Gèdre Sauguè, Coumély, Estaubé puis port de Pinède (ou port de la Canaù).


Un autre parcours : Lourdes, Hautacam, lac Bleu, Barèges, Camp Bernard Rollot (Lienz), La Glère puis refuge Packes, hourquette de Bugaret, tour du pic Long, descente au Campbielh puis Camp Long (dessus de Héas). Là plusieurs choix (toujours en fonction des Allemands) : hourquette de Charmentas puis Baroude et Espagne, ou crêtes du cirque de Troumouse, Munia, accompagnement en Espagne et retour des guides par le port de la Canaù. Ou alors traversée directe du cirque de Troumouse et le port de la Canaù. Le tout généralement la nuit avec parfois (par Gavarnie plus facile) des femmes et des enfants (certains évadés parlent de huit jours en montagne).


Ma mère se rappelle qu'un candidat à l'évasion était reparti la nuit « dap ét pantélou dét mulhyé » le pantalon de la traite des vaches utilisé par son père. A noter l'extrême difficulté des évadés après guerre pour raconter un itinéraire fait de nuit dans des secteurs inconnus. Des évadés (nombreux n'ont fait que Gèdre, Campbielh, Camp long ..... ou Gavarnie puis Espagne direct....).


Michel BOURDIS (entre autres) est venu dans les années 1980 remercier les passeurs de Gèdre (Sabatut Jean dit « Tonin » et Sabatut Laurent dit « Laurent dét cap dét Cam »). »

Si d'autres personnes pouvaient nous donner les itinéraires de Cauterets, Bagnères de Bigorre, Sainte-Marie-de-Campan, on pourrait imaginer des « chemins de mémoires » sur ces parcours (loucrup@orange.fr).

Luz-St-Sauveur, à l’intérieur de la Mairie. Une plaque destinée à perpétuer le souvenir nous est signalée par François Pujo.

Ségus (La Serre), dans la vallée de Batsurguère. La Stèle est bien en évidence au niveau du petit parking, tout à côté de la belle fontaine. Merci à Jean-François Delètang pour cet envoi.

Ferrières, cette plaque est située à mi-distance entre Ferrières et Arthez d’Asson, au bord de la route (sur le territoire d’Arthez). Albert Cébrian était né à Tarbes le 14 septembre 1922. Maquisard du Pla-d'Izou, il a été tué à quelques pas de Ferrières où il avait dormi.

Lourdes, plaque située au pied du Monument aux Morts.

Barèges  - Camp Bernard-Rollot, plateau du Lienz - en savoir plus.

Lourdes, plaque située rue des Martyrs de la Déportation, et inaugurée en avril 2015.

Viey, près de Barèges  - Plaque sur le mur de l’église, inaugurée le 18 février 2015 devant 30 jeunes recrues du 35e RAP.

Saint-, plaque sous les arcades de la mairie. En savoir plus.

Saint-, plaque sur le monument aux morts, contre l’église.